Bilan de l’Été culturel : une 2ème édition qui confirme l’engouement des Français

Pendant la période estivale, la création culturelle a fait de nouveau entendre sa voix aux quatre coins du territoire. Pour la deuxième année consécutive, le dispositif « Été culturel », conçu par le ministère de la Culture, a signé le retour de la vie culturelle et artistique partout en France, et permis aux artistes, souvent mis en difficultés par la crise sanitaire, de renouer avec le public.

Une reprise des activités culturelles qui a été placée cette année sous le signe de l’inclusion et de la solidarité, avec l’ambition de mettre en lumière l’ensemble les acteurs des territoires et de rendre les projets artistiques accessibles aux publics qui en sont les plus éloignés. 
 

Une mobilisation significative des territoires, des artistes et du public

La forte implication des différents acteurs et l’effervescence née autour de l’« Été culturel » ont fait de cette deuxième édition, dotée de 20 millions d’euros par le ministère de la Culture, un véritable succès : plus de 10 000 artistes ont répondu présents et plus de 2000 projets ont été présentées sur tout le territoire national, métropolitain et ultramarin, en particulier dans les zones rurales et les quartiers prioritaires. Les services déconcentrés dans les territoires (DRAC et DAC) ont travaillé en partenariat étroit avec les collectivités territoriales. Une mobilisation également renforcée par le concours de 31 opérateurs nationaux, à l’instar de l’Établissement public de la Villette ou du Centre Pompidou, et de plus de 30 associations d’envergure nationale, comme Le Labo des Histoires et les Jeunesses Musicales de France.

Cet engouement pour la culture, partagé par tous, a contribué à redynamiser l’attractivité des territoires et le tissu économique régional, grâce aux milliers de propositions culturelles rassemblant plus d’1,2 million de spectateurs, visiteurs et participants partout en France et dans les départements d’Outre-mer. 
 

Un rendez-vous artistique et culturel reconduit en 2022

Si ce deuxième « Été culturel » touche à sa fin, le dispositif, quant à lui, se pérennise. Les deux premières éditions, qui ont trouvé un réel écho auprès des artistes, des publics et des territoires font de l’« Été culturel » un rendez-vous clé pour le soutien à l’emploi artistique et la valorisation de la culture pour tous.

C’est pourquoi la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot-Narquin, en déplacement aux Ateliers Médicis, a annoncé, le 9 septembre 2021, le renouvellement de cette opération nationale, avec la tenue d’une troisième édition en 2022. 

« L’Été culturel fait désormais partie du paysage culturel français. L’Été culturel est une ambition pour les territoires, pour les artistes et pour les habitants. Il a également permis de soutenir les emplois artistiques, et notamment ceux des jeunes artistes, plus fragilisés par la crise sanitaire. Je suis convaincue que l’élan que nous avons observé cette année sera au rendez-vous pour l’édition 2022. Et pour les suivantes encore ! » 

Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture

Parmi les événements qui ont marqué cette deuxième édition…

Le festival Transat, manifestation portée par les Ateliers Médicis, a permis la réalisation de 100 résidences artistiques au profit de 177 artistes, dont une majorité de jeunes. Ces artistes ont été accueillis au sein d’EHPAD, de bibliothèques ou encore de structures du champ social, et ont ainsi pu partager leur travail avec des publics habituellement éloignés de la création artistique. 

Les Plaines d’été, dispositif soutenu par la DRAC des Hauts-de-France, ont permis à de nombreux artistes d’aller à la rencontre des habitants de la région, au travers d’impromptus artistiques. 500 impromptus ont ainsi pu être réalisés au cœur de lieux insolites, tels que des gares, des usines ou encore des écoles.

L’association La Source, créée par l’artiste-peintre Gérard Garouste et qui permet aux jeunes en difficulté et à leurs familles de se familiariser avec la création artistique et la vie culturelle, a pu mobiliser 27 artistes d’horizons différents, qui ont animé 25 ateliers au profit de 300 jeunes.